Le point du mardi : Un générique qui n’est pas automatique !

mercredi 13 mai 2015

Par Sandrine Chevillon

Précédemment dans le Point du mardi : faisant suite à un pilote sur le genre parfois surprenant de certains substantifs, voici un deuxième épisode dédié aux noms quelque peu « douteux ». Les protagonistes de ce spin-off ne sont autres que les divers dictionnaires canoniques en butte avec l’usage parfois contraire à leurs recommandations. Sous une apparente rigidité grammaticale, découvrons l’univers impitoyable de la lutte des genres !

Alvéole : Nom masculin selon le Littré, le Larousse, le Robert, l’Académie et le Dictionnaire Général. Cependant le Bescherelle ainsi que l’usage courant le considèrent comme féminin, sans doute sous l’influence du e muet final. Dans un registre soutenu, nous écrirons donc : des alvéoles osseux réguliers.

Après-midi : Nom masculin selon l’Académie, féminin pour le Littré ; le Larousse et le Trésor de la langue française le signalent quant à eux des deux genres, ce que l’usage confirme. Nous ferons librement notre choix.

Automne : Des deux genres, d’après le Littré et le Dictionnaire Général, pour les autres glossaires, auxquels nous nous conformerons, le mot est masculin. Ainsi l’automne est bien souvent pluvieux.

Avant-guerre / après-guerre : Entrés en usage après le premier conflit mondial, ces termes sont d’un genre indécis. En effet, le Larousse du XXe siècle et le Robert les font masculins ; néanmoins le Petit Robert et le Grand Larousse encyclopédique les donnent par ailleurs des deux genres. Le Grévisse, nous propose fort judicieusement d’opter pour l’un ou l’autre genre, selon « qu’on a dans la pensée soit l’idée de temps, soit celle de période ou d’époque ».

Chromo : Abréviation de chromolithographie, ce nom devrait en toute logique être féminin, cependant le masculin semble prévaloir à la fois dans les dictionnaires et l’usage. Aussi contemplerons-nous un chromo.

Disparate : Signifiant un défaut de conformité, une dissemblance choquante, ce terme est emprunté à l’espagnol « disparate » (de « disparatar », faire des actes extravagants). Masculin dans sa langue d’origine, il est en revanche féminin en français. On veillera par conséquent à orthographier ainsi : La disparate des sujets.

Effluve : Tous les dictionnaires s’accordent pour énoncer ce mot masculin. En raison de sa terminaison féminine, l’usage tend à l’opposé. Pour vous en souvenir, n’hésitez pas à humer les effluves flottants du printemps.

Entrecôte : Le Bescherelle, le Littré, le Dictionnaire Général et l’Académie orthographient entre-côte et l’énoncent comme nom masculin. Toutefois, pour le Larousse, le Trésor de la langue française et l’usage courant ce vocable est féminin et ne comporte plus de tiret. Nous dégusterons donc une bonne entrecôte.

Interview : Ce mot anglais est issu du français entrevue. L’Académie et le Trésor de la langue française, l’annoncent féminin ; a contrario, le Dictionnaire Général le donne masculin et pour finir le Larousse lui confère les deux genres. Dans l’usage, il est le plus souvent féminin. En définitive, nous déciderons de l’interview que nous écrirons.

Ordonnance : Désignant le domestique militaire d’un officier, tous les dictionnaires s’accordent à l’énoncer comme féminin ; certains signalent par ailleurs qu’il s’emploie quelquefois au masculin. Rappelons-nous qu’une discrète ordonnance ne déçoit jamais son officier. Notons, par ailleurs, que l’ordonnance du juge est pour sa part toujours au féminin.

Palabre : Il s’agit d’un mot étymologiquement féminin, car il vient de l’espagnol palabra (parole). Pour la plupart des dictionnaires, il est des deux genres. Nulles palabres inutiles, chers écrivains, préférez le féminin.

Pamplemousse : Le citrus grandis ou citrus maxima est le nom que les botanistes donnent à l’arbre. Le mot est féminin selon le Bescherelle, le Dictionnaire Général et l’Académie, mais le masculin prévaut d’après le Larousse du XXe siècle, le Robert et le Littré. Ce dernier ajoute par ailleurs que le fruit de l’arbre est féminin ; pour les autres, il est masculin. Nous regarderons de ce fait pousser un pamplemousse et cueillerons des pamplemousses bien mûrs.

Perce-neige : Le terme est féminin selon la plupart des dictionnaires, toutefois dans l’usage courant il est masculin. Nous devrons dès lors modifier nos habitudes et cueillir une magnifique perce-neige.

Phalène : Ce papillon est féminin pour le Bescherelle, le Littré et l’Académie. Le Dictionnaire Général et le Robert le donnent des deux genres. L’usage, quant à lui, est des plus indécis. Les phalènes sont des symboles de liberté.

Sandwich : Selon le Dictionnaire Général, le Littré et l’Académie, le mot est féminin. Néanmoins le Trésor de la langue française, le Larousse et l’usage courant le désignent masculin. Nous mangeons sur le pouce de délicieux sandwiches.

Steppe : Pour le Littré, l’Académie et le Dictionnaire Général, le mot, issu du russe stepj, est masculin. Toutefois, nous opterons comme le préconisent le Larousse, le Trésor de la langue française et l’usage courant pour le féminin. Ainsi, la steppe est aride.

Thermos : Ce nom déposé en 1949 est des deux genres pour le Robert. En revanche le Grand Larousse encyclopédique l’annonce féminin, ce qui s’explique par l’ellipse de « bouteille ». L’usage courant opte pour le masculin. On veillera donc à mettre le café dans le thermos.

À suivre, mardi prochain.

FORUM