Le point du mardi : quand la grammaire nous en fait voir de toutes les couleurs !

mardi 30 septembre 2014

Nous connaissons tous par cœur, depuis les bancs de l’école primaire, la fameuse
règle qui préconise que « l’adjectif qualificatif s’accorde en genre et en nombre avec
le nom commun qu’il qualifie ».

Cela se vérifie pour tous les adjectifs de la langue française... à une exception près, évidemment ! Lorsqu’il s’agit des adjectifs de couleurs, les choses se corsent légèrement.

En effet, les adjectifs qualificatifs de couleurs utilisant des noms de fleurs, de fruits,
de pierres précieuses, etc., ne s’accordent pas.

Nous écrirons donc : des pulls orange, des boucles d’oreilles émeraude, des yeux
marron...

Il en va de même pour les adjectifs composés désignant des couleurs qui, à leur tour,
deviennent invariables.

Ainsi écrirons-nous : des chemises rose pâle ; des yeux bleu-gris ; une voiture vert
pomme...

Si l’adjectif de couleur est composé de deux couleurs, il faut un trait d’union entre les
deux et les deux restent invariables : des potirons jaune-vert.


Enfin, nous écrirons : des maillots de rugby blanc et bleu, sans accord, car ils
comportent du blanc et du bleu.

Exception : toutefois, lorsqu’ils sont seuls (c’est-à-dire lorsqu’ils ne constituent pas
un adjectif composé) il faudra continuer à accorder les adjectifs suivants : rose,
écarlate, fauve, incarnat, mauve et pourpre.

Nous aurons alors les joues roses, des murs fauves, des fleurs mauves...

Bref, que l’on en ait une peur bleue ou qu’on en soit vert de rage, il faut bien
reconnaître que la grammaire française nous en fait voir de toutes les couleurs !

Sandrine Chevillon

FORUM



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Espace privé | SPIP | AEPF | © AEPF 2013