Petite parenthèse concernant les signes

jeudi 13 novembre 2014

Pour les écrivains publics que nous sommes, les lettres sont capitales. Mais elles ne
seraient rien sans ces minuscules idéogrammes disposés çà et là entre les mots.

Ces signes rythment, séparent, isolent, relient, soulignent, expriment un sentiment…
Bref, trait d’union entre l’auteur et le lecteur, la ponctuation met un point d’honneur à
donner du sens, du souffle et du style.

Ainsi, dès le premier coup d’œil, les parenthèses permettent d’isoler de la phrase une remarque, un commentaire ou une rectification. Généralement, cet élément, que l’auteur n’a pas jugé bon de faire figurer directement dans son texte de base, a une
importance secondaire et pourrait être retranché sans affecter le sens ni la
construction de la phrase : Il paraît… (mais soyez courageux, attendez-vous au
pire !) il paraît que le Temps par une nuit sans lune…
L’énoncé entre parenthèses
fonctionne de manière indépendante et conserve donc sa propre ponctuation interne.

Les parenthèses peuvent être précédées d’un point d’exclamation, d’interrogation ou
de points de suspension ; mais elles ne peuvent en aucun cas être précédées d’une
virgule, d’un point-virgule ou des deux-points. Ajoutons que dans un texte théâtral,
les parenthèses encadrent les didascalies, c’est-à-dire les indications scéniques
renseignant sur le jeu des acteurs ou la disposition des décors.

Par ailleurs, il ne faut pas confondre les parenthèses et les crochets qui servent à
encadrer un morceau de phrase ou une phrase entière. Ceux-ci ne sont jamais
précédés d’une virgule, d’un point-virgule ou des deux-points. Ils représentent des
variantes des parenthèses, alternant avec elles dans un texte, essentiellement pour
éviter les confusions qu’une accumulation de parenthèses pourrait créer. On les
utilise également pour signaler une modification effectuée au sein d’une citation afin
de l’accorder avec le développement où elle est insérée, comme un changement de
pronom personnel, un accord de verbe, une élision…

Le tiret, quant à lui, peut être employé seul ou répété. Seul, il marque le passage au
discours direct et les paroles d’un personnage ou un changement de locuteur dans
un dialogue. Répété, il joue alors le même rôle que les parenthèses en isolant une
réflexion ou un commentaire. À la différence des parenthèses, toutefois, il met en
relief cet élément car la rupture énonciative semble moins forte et le rapport avec le
reste de la phrase plus étroit. Nous pourrons écrire : On savait depuis longtemps – et
bien avant le Cratyle – que les signes peuvent être donnés par la nature ou
constitués par l’homme.
Cependant, le tiret n’est pas répété si la fin du groupe qu’il
isole de la phrase coïncide avec la fin de la phrase. Dans cet emploi, le tiret joue un
rôle de séparation comparable à celui d’une virgule renforcée.

Il faudra néanmoins faire attention à ne pas confondre les différents tirets. Le trait
d’union est le plus court, celui que l’on trouve sur la touche 6 de nos claviers). Petite
astuce : pour obtenir un tiret cadratin pour les dialogues sous Windows, maintenez la
touche ALT enfoncée et tapez 0151 en même temps ; pour un tiret demi-cadratin
destiné aux incises ou aux énumérations sous forme de liste, appuyez sur ALT et sur
0150).

Terminons par les guillemets qui encadrent une citation ou du discours direct. Ils
peuvent être « à la française » ou "à l’anglaise". Notez que certains ordinateurs
bénéficient de raccourcis clavier pour les guillemets anglais ; dans le cas contraire,
vous les trouverez dans la liste des caractères spéciaux. L’usage des guillemets
permet aussi au scripteur de marquer ses distances par rapport au(x) terme(s) qu’il
rapporte, par prudence vis-à-vis d’un néologisme, d’une expression argotique ou
étrangère, ou encore par ironie.

Il ne vous manque plus désormais qu’à parfaire vos écrits en respectant
scrupuleusement les règles d’espacement suivantes :

- pas d’espace avant, mais une espace après la virgule, le point et les points de
suspension ;

- une espace avant et après le point-virgule, les deux-points, le point
d’exclamation et d’interrogation (autrement dit les signes doubles), les
guillemets à la française et les tirets longs ;

- pas d’espace à l’intérieur mais une espace avant et après à l’extérieur des
parenthèses, des crochets et des guillemets droits à l’anglaise.

(Nota bene : le mot espace dans cette acceptation est féminin.)

Il est grand temps de refermer cette parenthèse sur les signes de ponctuation, car
nous avons remis tous les points sur les « i ». À n’en pas douter, vous êtes
désormais au point et à la virgule près !

FORUM



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Espace privé | SPIP | AEPF | © AEPF 2013