Blog de l'AEPF

Confidences d’un voleur de chien

samedi 1er juillet 2017

Vient de paraître : Confidences d’un voleur de chiens d’Antony Blanchard, avec la collaboration de Marion Pécher.
Dans ce livre, Antony Blanchard, Président de Cause Animale Nord, revient sur le scandale provoqué par sa confiscation d’un chiot sur les trottoirs parisiens. Il explique sa lutte contre la maltraitance animale au jour le jour, ses actions, mais également sa douleur de vivre. Antony Blanchard a subi une cabale médiatique internationale en 2015 suite au retrait d’un chiot sur les (...)

[Lire la suite]



Pour que les paroles restent

vendredi 26 mai 2017

L’hebdomadaire gratuit orléanais La Tribune / Hebdo a publié un dossier "Séniors" dans lequel a été consacré un article sur les biographies, intitulé "Pour que les paroles restent" illustré par mon expérience en la matière.
Pascal Martineau
Ecrivain public - biographe à Saran (Loiret)
>> Lire l’article

[Lire la suite]



Le Tuto des écrivains publics, numéro 9

mardi 21 mars 2017

Pour la reprise de ses publications, Sandrine nous plonge dans l’histoire littéraire du genre de la nouvelle et nous propose, une fois n’est pas coutume, une lecture en "françois" de la Renaissance. La liberté orthographique du temps de Marguerite de Navarre est vraiment amusante !

[Lire la suite]



Le Tuto des écrivains publics, numéro 8

vendredi 9 décembre 2016

Chers rédacteurs-correcteurs, vous trouverez dans ce Tuto quelques astuces pour maîtriser sur le bout des doigts sommaires, tables des matières et autres index. Bonne lecture !

[Lire la suite]



Le Tuto des écrivains publics, numéro 7

lundi 28 novembre 2016

Le Tuto de la semaine est destiné à celles et ceux qui corrigent régulièrement mémoires et thèses comportant les fameuses bibliographies dont les normes sont souvent bien obscures. Ce diaporama fera la lumière sur l’exercice parfois assez ingrat de la bibliographie normée. Bonne lecture !

[Lire la suite]



Le Tuto des écrivains publics, numéro 6

lundi 21 novembre 2016

Venez découvrir le dernier volet de la trilogie sur l’écriture journalistique. Bonne lecture !

[Lire la suite]



Le dépôt légal : un jeu d’enfant

vendredi 18 novembre 2016

Vous ou l’un de vos clients avez publié un livre et souhaitez que, par le « dépôt légal », il entre dans les annales de l’édition française ?
Rien de plus facile, la seule condition étant que le livre en question soit doté d’un ISBN (un site d’autoédition en ligne, tel que Lulu.com, qui est un partenaire de l’AEPF, en délivre un gratuitement et automatiquement).
La démarche donc, une fois le livre publié et estampillé de son ISBN, est d’une grande simplicité.
Il suffit de télécharger le formulaire ad hoc, (...)

[Lire la suite]



Dans la Matinale de Radio Arc en Ciel

vendredi 18 novembre 2016

Le vendredi 28 octobre entre 8 h et 8 h 30, j’étais l’invité de la Matinale de Radio Arc en Ciel à Orléans, afin de parler, à bâton rompus, de mon travail d’écrivain public - biographe.
Radio Arc en Ciel est une radio locale de la communauté portugaise du Loiret.
Pascal Martineau

[Lire la suite]



Le Tuto des écrivains publics, numéro 5

mardi 15 novembre 2016

Les apprentis journalistes seront ravis par ce Tuto. Ils y trouveront notamment des astuces pour améliorer la lisibilité de leurs papiers.

[Lire la suite]



Et si on lisait... Chanson douce de Leïla Slimani

lundi 14 novembre 2016

Les prix Goncourt me font peur. Peur de ne pas être à la hauteur, peur de ne rien comprendre, peur de ne pas savoir décrypter autant de références littéraires, peur de ne pas aimer aussi.
Mais cette Chanson douce, je l’avais choisie cet été, bien avant ce jeudi 3 novembre de la remise du prix. Une sympathie pour son auteur, un titre rassurant. Une rentrée littéraire prometteuse, c’est tout. Je l’avais feuilletée. Mais là, je m’y suis plongée et j’ai aimé, beaucoup. Un prix Goncourt simple à lire, (...)

[Lire la suite]



Le Tuto des écrivains publics, numéro 4

lundi 7 novembre 2016

Changement de thème pour ce Tuto dédié aux principes de l’écriture journalistique.

[Lire la suite]



Tuto des écrivains publics, numéro 3

lundi 7 novembre 2016

Ci-dessous, un diaporama poursuivant l’étude de la rédaction de préfaces...

[Lire la suite]



"L !bre de mots" : ma première expérience d’atelier d’écriture

vendredi 28 octobre 2016

Je participe depuis quelques semaines et pour la première fois de ma vie à un atelier d’écriture proposé et organisé par l’association orléanaise “L !bre de mots”. Un petit groupe, qui, deux fois par mois, s’amuse pendant deux heures avec les mots, les idées et les phrases. Le principe de base est de “se lâcher”, de laisser parler et écrire son imagination. Le 24 octobre, nous étions invités dans un premier temps, à créer des “œuvres” en nous inspirant de “la trahison des images” de Magritte, illustrée par (...)

[Lire la suite]



Le Tuto des écrivains publics, numéro 2

dimanche 23 octobre 2016

Cette semaine, considérations sur la préface, à télécharger ici :
et pour meubler un week-end pluvieux, la célèbre préface de Cromwell, de Victor Hugo :
Bonne lecture.

[Lire la suite]



Le Tuto des écrivains publics, numéro 1

dimanche 16 octobre 2016

Sous la forme d’un diaporama, premier numéro d’une série de "tutoriels" consacrés aux techniques de l’écriture et de la composition des textes, par Sandrine Chevillon.
Voyez plutôt :

[Lire la suite]



Marie-Agnès de Franqueville à l’honneur dans L’Union en Champagne

mardi 13 septembre 2016

Marie-Agnès de Francqueville est écrivain public, membre de l’AEPF, dans le département de la Marne. Elle n’est pas une inconnue puisqu’elle a publié régulièrement des papiers dans ce blog depuis près de deux ans, soit à propos de mots étranges, soit pour faire partager ses lectures.
Pour ceux qui ne connaissent pas, la Marne est à la fois un vaste département céréalier (étendues infinies des blés ondulant sous le vent) et une étroite mais célébrissime bande vigneronne qui produit des vins blancs à (...)

[Lire la suite]



Si on lisait ... "Le chant du monde", de Giono

mardi 13 septembre 2016

Dans deux rubriques antérieures, j’ai parlé de mon coup de cœur pour les livres d’écrivains bien vivants. Cette fois-ci, j’évoquerai un livre plus ancien d’un écrivain qui nous a quittés en 1970, à savoir Le chant du monde, de Jean Giono. Je n’avais pas lu ce livre depuis si longtemps ! Mon plaisir s’est avéré intact et même bien supérieur à ma précédente et lointaine lecture des œuvres de ce magicien des mots, des phrases, de la Nature et des Sens.
Trois personnages émergent de cette histoire dure qui se (...)

[Lire la suite]



Et si on lisait... "L’horizon à l’envers" de Marc Levy

samedi 3 septembre 2016

Les Français auraient un goût éclectique en matière de lecture entre auteurs littéraires et populaires. Et pour ces derniers, la critique éditoriale est parfois venimeuse.
Le plaisir de lire demeure pour moi le meilleur juge-arbitre. Ouvrir une page, puis une autre, sans pouvoir en décrocher son regard. Se projeter dans un univers dont la rationalité nous échappe. Ne plus être joignable. En oublier de se nourrir ou même de dormir pour se consacrer corps et âme à notre bouquin dévastateur. En oublier (...)

[Lire la suite]



Et si on lisait... "Parents à perpétuité" de Sophie et Dominique Moulinas

mardi 28 juin 2016

Ce n’est pas un roman, et c’est effrayant…
Matthieu, 16 ans, viole une première fois, sauvagement, une jeune fille lumineuse de vie.
Insaisissable, il récidive en tuant abominablement.
Deux voix s’élèvent, envers et contre tous, celles de parents obsédés par la vérité de leur fils.
Ils veulent comprendre. Renier leur enfant est au-dessus de leurs forces.
Leur camp est choisi, malgré eux : celui d’un assassin vivant.
Je ferme ce livre après une lecture ininterrompue, en apnée.
Des larmes (...)

[Lire la suite]



Ce n’est pas un roman, et c’est effrayant......

mercredi 15 juin 2016

Ce n’est pas un roman, et c’est effrayant...
Matthieu, 16 ans, viole une première fois, sauvagement, une jeune fille lumineuse de vie.
Insaisissable, il récidive en tuant abominablement.
Deux voix s’élèvent, envers et contre tous, celles de parents obsédés par la vérité.
Ils veulent comprendre. Renier leur enfant est au-dessus de leurs forces.
Leur camp est choisi, malgré eux : celui d’un assassin vivant.
Je ferme ce livre après une lecture ininterrompue, en apnée.
Des larmes envahissent mon (...)

[Lire la suite]



Si on lisait... Le Phénix porteur d’espoir

lundi 6 juin 2016

Mon père se retourne. Il est en larmes. Sa voix tremble :
Nous avons vu le radiologue, Jérémy. Il nous a parlé. Il dit que tu seras paralysé à vie, car tu as des symptômes de la sclérose en plaques. Il pense que c’est définitif.
Mon père est effondré, à genoux par terre.
Je te fais une promesse, papa. Je ne sais pas comment la maladie est arrivée, mais je vais me battre contre elle et je réussirai à la faire repartir, crois-moi.
Jérémy nous livre son histoire sans détour ni superflu.
Par-delà sa (...)

[Lire la suite]



Fabienne Croze à Chalon

lundi 30 mai 2016

Fabienne Croze, qui réside à la limite sud-ouest de la Bourgogne (feu la Bourgogne administrative, aujourd’hui fusionnée avec la Franche-Comté sauf erreur) a fait un déplacement jusqu’à Chalon-sur-Saone pour participer, les 28 et 29 mai, à une manifestation baptisée "Les entrepreneurs locaux exposent leurs savoir faire" avec ateliers, vente, conférences, organisée par la couveuse d’entreprise Potentiel 71.
Elle y a présenté le métier d’écrivain public, dont l’étendue a surpris l’auditoire, et ses (...)

[Lire la suite]



Chroniques linguistiques

mercredi 11 mai 2016

Les Chroniques linguistiques compilent cinquante-deux articles de grammaire, publiés entre septembre 2014 et février 2016 sur le site Internet de l’Académie des écrivains publics de France et initialement mis en ligne sous le titre de Points du mardi. La rédaction des Points du mardi est le fruit d’une volonté du Conseil d’administration de l’AEPF d’animer le blog de l’association par des billets hebdomadaires. Il s’agissait donc fondamentalement de s’adresser aux adhérents et aux visiteurs du site, (...)

[Lire la suite]



Si on lisait : "Remonter la Marne", de Jean-Paul Kauffmann

jeudi 7 avril 2016

Par Fabienne Croze
Est-ce parce que j’en écris moi-même, mais j’aime les récits voyageurs...
J’ai tellement aimé Chemin faisant, de Jacques Lacarière que je l’ai prêté... douze fois ! Sans qu’on me le rende ! C’est ma quote-part à la littérature ! Un jour, je l’ai racheté pour la dernière fois. Désormais, il ne sort plus de chez moi !
C’est maintenant le livre Remonter la Marne de Jean-Paul Kauffmann qui m’a subjuguée. Je l’ai découvert sur l’incitation d’un ami, enthousiaste. Pourtant, j’étais dubitative : (...)

[Lire la suite]



Le point du mardi : Promenade germanophile !

mardi 23 février 2016

Par Sandrine Chevillon
Chers passagers, je vous propose une ultime escapade linguistique sur le rivage germanique afin d’admirer les particularités de l’accord en nombre des noms allemands dans la langue française. Nous avons emprunté à la langue de Goethe quelques mots que nous utilisons bien souvent maladroitement. Mettons un Point d’honneur à éclaircir nos esprits francophones plongés dans l’encre de la Nuit rhénane !
Le Land, que l’on prononce [land], désigne chacune des grandes divisions (...)

[Lire la suite]



Juste une mise au point sur la nouvelle orthographe

samedi 20 février 2016

Par Marie-Agnès de Francqueville
« Juste une mise au point sur les plus belles images de ma vie… »
Reprenant le tube de l’été 1983 chanté par Jackie Quartz, je m’adresse à tous les écoliers, collégiens, lycéens, étudiants, enseignants, correcteurs, écrivains, citoyens de langue française, pour faire un gros plan sur la nouvelle orthographe adoptée en 1990 à l’unanimité par le Conseil supérieur de la langue française et l’Académie française. Sachez que l’emploi de la nouvelle orthographe (ou orthographe (...)

[Lire la suite]



« À propos de l’accent circonflexe »

mercredi 17 février 2016

Une fois n’est pas coutume, nous nous permettons de signaler et proposer à votre lecture un article du sénateur Jean-Pierre Sueur intitulée : « À propos de l’accent circonflexe »qui remet les pendules à l’heure et permet de mettre en perspective cette polémique démesurée. Jean-Pierre Sueur est professeur de linguistique, auteur, notamment, d’une thèse de doctorat intitulée « Étude sémantique et syntaxique des verbes DEVOIR et POUVOIR. Recherches sur les modalités en grammaire ». C’est d’ailleurs en qualité à (...)

[Lire la suite]



Le point du mardi : Escale anglaise pour les écrivains publics !

mardi 9 février 2016

Par Sandrine Chevillon
Chers passagers, la traversée linguistique à bord du Lexique international se poursuit sous les meilleurs auspices : la brise orthographique et l’air iodé des flots de vocabulaire nous ont portés vers le rivage syntaxique shakespearien inexploré pour bon nombre d’entre nous. Le capitaine du radeau de la Grammaire vous souhaite une excellente escale anglaise !
Rappelons que l’importation de termes issus du vocabulaire anglais est apparue dès le XVe siècle. Ce phénomène s’est (...)

[Lire la suite]



Et si on lisait "L’affaire des vivants" ?

lundi 1er février 2016

Par Fabienne Croze
J’ai lu avec passion « L’affaire des vivants », de l’écrivain Christian Chavassieux (Phébus éd.) qui vient de recevoir le prix « Lettres Frontières » couronnant l’ouvrage d’un écrivain de Rhône Alpes et celui d’un écrivain suisse.
L’histoire est celle de Charlemagne Persant (quel nom prédestiné !), paysan qui s’enrichit presque tout au long de l’ouvrage... Tout plie devant lui : les femmes, les hommes, les employés... Pourtant, à sa mort, que restera-t-il de l’empire qu’il a créé ? Cette (...)

[Lire la suite]



Et si on lisait : "Today we live" d’Emmanuelle Pirotte

jeudi 28 janvier 2016

Par Marie-Agnès de Francqueville
« Renée est devant Mathias. Elle s’arrête et se penche pour cueillir une fleur. Mathias est ramené brutalement en arrière, en cette matinée de décembre, dans le silence ouaté par le froid, où résonne par moments une détonation, le croassement d’une corneille. Il tient René en joue. Elle lui tourne le dos. Et voilà qu’elle se retourne et le regarde. Mathias se fige, incapable de tirer. Son corps est paralysé, mais, à l’intérieur, il vacille, et glisse, pris par une sensation (...)

[Lire la suite]



Et maintenant la Corse

vendredi 15 janvier 2016

Après les Alpes-Maritimes (Véronique Chiapello) sur FR3, c’est la Corse qui fait parler de l’AEPF par l’intermédiaire de Corse-Matin et de Catherine Vincensini, qui officie à destination du monde entier depuis le hameau de Maison Pierragi, proche de la côte orientale. Ci-dessous l’article en PDF :

[Lire la suite]



Le point du mardi : Les écrivains publics gardent le cap !

mardi 12 janvier 2016

(par Sandrine Chevillon)
Chers passagers, nous embarquons à Point ce mardi pour une croisière thématique, sur le radeau de la Grammaire ! Nous aurons l’occasion d’admirer des termes exotiques et des syntagmes mystérieux. Nous hisserons la grand’ voile de la syntaxe et voguerons sur des flots de vocabulaire. Au gré de la brise orthographique, nous ferons des escales culturelles dans des ports italiens, anglais et allemands. Bienvenue à bord !
Chers passagers, nous venons d’accoster sur la rive de (...)

[Lire la suite]



Le métier d’écrivain public dévoilé aux téléspectateurs azuréens

samedi 9 janvier 2016

Un aperçu du travail de biographe, deux témoignages et des exemples de livres.

[Lire la suite]



Si on lisait...

mercredi 6 janvier 2016

Les lunes de Mir Ali de Fatima Bhutto
Ce livre est tombé entre mes mains après une diète de lecture. Il me plongea dans un pays, le Pakistan, où se mêlent tendresse et violence, incompréhension et désir d’évasion. Un pays en recherche de son âme profonde où la trahison envenime l’avenir de son peuple. Trois frères empruntent des voies, chacune marquée par leur enfance et leur attachement au passé ou au lendemain. Ils sont confrontés à des choix d’une vie à vivre, comme tout un chacun, dans un pays qui (...)

[Lire la suite]



Le point du mardi : À chacun ses règles !

mardi 5 janvier 2016

Par Sandrine Chevillon
Voici un pronom indéfini source de bien des questionnements existentiels : faut-il considérer que nous sommes une masse de personnes et user du pluriel ou cette somme est-elle envisagée sous l’angle individuel et dans ce cas serions-nous seul parmi le tout ? La philosophie a parfois recours à d’autres disciplines pour trouver des réponses à ses interrogations. Menons, ce mardi, la réflexion à l’aide de la grammaire et découvrons les règles de chacun.
Il est à noter tout (...)

[Lire la suite]



Le mot du jeudi : Noël

jeudi 17 décembre 2015

Par Marie-Agnès de Franqueville
Noël approche à grands pas. Il est encore temps de se pencher sur son origine. La connaissez-vous ?
Je risque de vous surprendre si je vous annonce que le premier Noël de l’année 2015 verra le jour ce mardi 22 décembre à 4 h 47 précises. C’est à cette minute que commencera notre hiver étrangement doux. Nous souhaiterons ainsi la bienvenue au solstice d’hiver, époque de l’année où le soleil atteint sa plus forte déclinaison boréale, dans l’hémisphère Nord, et s’inverse en (...)

[Lire la suite]



Le point du mardi : Quand les écrivains publics montent en grade !

mardi 15 décembre 2015

Par Sandrine Chevillon
Nous qui sommes amenés à écrire des biographies de soldats, à imaginer des personnages de combattants, à réaliser des courriers pour des gradés ou encore à rédiger des discours de remise de médailles à des vétérans, nous ne sommes pourtant pas très familiers des conventions de langage de l’armée. Je vous propose de gagner nos galons à la pointe de la plume. Armons-nous de patience pour affronter l’escadron des subtilités lexicales. Camarades, à l’abordage !
En guise de rappel, (...)

[Lire la suite]



Le point du mardi : Des composés très singuliers !

mardi 8 décembre 2015

Par Sandrine Chevillon
Ils jonchaient nos dictées d’écoliers, hantant nos cahiers comme de mauvais génies. Nos plumes tremblaient d’hésitation à leur rédaction. Aujourd’hui, nos doigts sont arrêtés sur le clavier au moment de les faire apparaître à l’écran. Ils sont empreints de mystère, auréolés d’incompréhension. Les pages de nos dictionnaires sont usées à leurs entrées. Nombre d’entre nous ont de ce fait développé des allergies chroniques aux choux-fleurs, aux arcs-en-ciel, aux abat-jour, aux porte-bagages, (...)

[Lire la suite]



Ecrivain public : un « vieux métier d’avenir » selon Projet Voltaire

dimanche 29 novembre 2015

Le Projet Voltaire, service d’entraînement en ligne à l’orthographe, vient de publier sur son site un article sur ce « vieux métier d’avenir » intitulé « Écrivains publics, scribes des temps modernes ».
L’article est accompagné d’un dossier très complet téléchargeable et imprimable – à la rédaction duquel l’AEPF a collaboré – dans lequel il est bien entendu question de notre association.
Le Projet Voltaire délivre un certificat éponyme qui constitue aujourd’hui une référence unanimement reconnue et qui (...)

[Lire la suite]



Le point du mardi : Les accents du désespoir !

mercredi 25 novembre 2015

Par Sandrine Chevillon
Mettons l’accent en ce mardi sur les graves difficultés que rencontrent régulièrement tous les scripteurs. Si en tant qu’écrivains publics, nous avons un sens aigu du respect de l’orthographe, face au « e » nous prenons parfois l’accent du désespoir. Une mise au Point s’impose sur la législation de l’accentuation de la voyelle afin de verbaliser sans faute !
Généralement, le changement d’accent s’accompagne pour le locuteur d’une modification de la prononciation du mot. Ainsi le « (...)

[Lire la suite]



Le mot du jeudi : geek

jeudi 19 novembre 2015

Par Marie-Agnès de Franqueville
Écrire ensemble vous propose cette semaine un anglicisme très répandu chez un public branché d’informatique.
Mot anglo-américain signifiant fou de, un geek est un passionné d’informatique, de science-fiction, de jeux vidéo, de programmation informatique, etc., toujours à l’affût des nouveautés et des améliorations à apporter aux technologies numériques. Nom masculin, il est aussi adjectif et relatif aux geeks, à l’image d’une communauté geek. Prononcé « guik », ce mot est (...)

[Lire la suite]



Le Point du mardi : Renforcement de la sécurité scripturale pour faire baisser le taux d’accidents de plume !

mercredi 18 novembre 2015

Par Sandrine Chevillon
« Il est souvent plus grand d’avouer ses fautes que de n’en pas commettre », écrivait La Rochefoucauld-Doudeauville dans ses Mémoires. Aussi reconnaissons-nous que parfois, un comportement à risque nous conduit à la faute. Il peut arriver une étourderie… Oh si peu ! Une relecture rapide… Très rarement ! Une règle de grammaire complexe… Exceptionnellement ! Une défaillance de la mémoire… Tellement extraordinaire ! On déplore cependant, encore bien trop souvent, de malencontreux (...)

[Lire la suite]



Le mot du jeudi : Calendes

samedi 14 novembre 2015

Par Marie-Agnès de Franqueville
Je lus un jour cette phrase qui aurait dû me faire, ô combien tressaillir, si seulement j’avais repéré instantanément l’énorme coquille (faute de typographie).
« Cette réforme est reportée aux calanques grecques. »
Pourquoi les mots n’ont-ils pas de bouclier pour se protéger des barbarismes ? Remarquez bien, elles me font souvent rire ces fautes de langage de mots déformés ou inexistants. D’autant plus que je suis la première à en faire ou à ne pas les voir... Des (...)

[Lire la suite]



Le point du mardi : Être ou ne pas être en faute ?

mercredi 11 novembre 2015

Par Sandrine Chevillon
Quel écrivain public ne vit pas au quotidien le cruel dilemme shakespearo-cornélien qui met ses nerfs en pelote ? Qui n’a jamais perdu la raison d’une terminaison ? Qui ne s’est jamais auto-sermonné de devoir toujours vérifier le même mot dans son dictionnaire au point qu’il pourrait y mettre un marque-page pour le retrouver plus vite ? (Mais il ne le fait évidemment pas, persuadé que la prochaine fois il s’en souviendra enfin… Et le revoilà cherchant toujours son mot !) (...)

[Lire la suite]



Le bateau s’éloigne de la rive …. Et se rapproche de l’autre …

jeudi 5 novembre 2015

Nadine Lorand, membre de l’AEPF, est décédée le 25 octobre
Le bateau s’éloigne de la rive… Et se rapproche de l’autre… (Extrait d’un poème de William Blake)
Cet extrait de poème a été lu lors de la cérémonie des funérailles de notre consoeur, Nadine Lorand, devenue adhérente à l’AEPF depuis 1988, après un parcours très riche et varié puisqu’elle a aussi été comédienne et professeur d’art dramatique.
Elle est décédée à l’âge de soixante-trois ans, dans la nuit du dimanche 25 octobre, à la suite d’une maladie qui (...)

[Lire la suite]



Le point du mardi : Coup d’œil sur des sosies bien différents !

mercredi 4 novembre 2015

Par Sandrine Chevillon
« Des sosies lexicaux ! Littéralement les mêmes ! Sémantiquement identiques ! Auditivement semblables ! », s’écrie-t-on au premier abord. Mais un œil et une oreille exercés distinguent aisément, derrière les apparentes similitudes, des distinctions subtiles, voire des oppositions irréductibles. Apprenons à regarder au-delà des mots, à entendre au-delà des paroles et identifions les vocables au pied de la lettre. En d’autres termes, une leçon de vocabulaire mettra le point sur le i (...)

[Lire la suite]



Le point du mardi : La vérité sur les adverbes en –ment !

mardi 27 octobre 2015

(par Sandrine Chevillon)
Quand il nous ment, son orthographe est douteuse ; et quand nous doutons, inutile de se mentir, c’est qu’une règle de grammaire nous échappe… Ce point fera donc la vérité sur l’adverbe qui –ment !
De manière générale, on forme l’adverbe en ajoutant le suffixe –ment au féminin de l’adjectif. Forte produit ainsi fortement, douce devient doucement et difficile génère difficilement. Remarquons toutefois qu’un certain nombre d’adjectifs ne donnent pas lieu à la formation d’adverbes. (...)

[Lire la suite]



Le point du mardi : L’adverbe ne ment pas toujours !

mercredi 21 octobre 2015

Par Sandrine Chevillon
Traditionnellement, nous associons, par un raccourci inscrit dans le tréfonds de nos mémoires d’écoliers, l’adverbe à un mot inévitablement suffixé en –ment. Bien entendu, la vérité est ailleurs, car l’adverbe ne ment pas toujours !
Selon la définition générale, l’adverbe est un mot invariable (qui ne subit donc aucune variation de genre ou de nombre) que l’on joint à un verbe, à un adjectif ou bien à un autre adverbe, afin d’en modifier le sens. En voici quelques exemples : Elle (...)

[Lire la suite]



Le mot du jeudi : Quintessence

mercredi 14 octobre 2015

Par Marie-Agnès de Franqueville
Les romans de Dostoïevski, Crime et Châtiment (1866), et de Tolstoï, Guerre et Paix (1869), illustrent la quintessence de l’âme russe.
Ce mot poétique, qui laisse échapper un soupçon de mystère, est pour ainsi dire à la mode. Du salon de spiritueux à l’édition, d’un festival international de cinéma à un hôtel canadien, en passant par des groupes artistiques, et j’en oublie… , la quintessence a de nombreux adeptes. Nom féminin, son orthographe délicate peut parfois lui faire (...)

[Lire la suite]



Le point du mardi : Les écrivains publics sous le coup d’un article !

mardi 13 octobre 2015

Par Sandrine Chevillon
La grammaire est un jeu, en voici la preuve ! Trouvez le fin mot de la charade et vous serez au point sur le thème grammatical de ce mardi. Nous ne pratiquons pas tous l’écriture journalistique pourtant mon premier est écrit quotidiennement par chacun de nous. Mon second est le participe passé du verbe définir. Mon troisième est l’antonyme du second. Mon quatrième est synonyme de groupement politique, auquel s’ajoute comme un suffixe mon cinquième qui est l’équivalent dans un (...)

[Lire la suite]



Le mot du jeudi : Geyser

mercredi 7 octobre 2015

Par Marie-Agnès de Franqueville
À brûle-pourpoint, connaissez-vous l’origine du mot geyser ?
Je vais rendre à César ce qui lui appartient et dédier mon article à mon neveu voyageur Sébastien. De retour de cette terre de glace qu’est l’Islande, jaillissaient de son œil de lynx d’époustouflants paysages lunaires. Égarée au beau milieu de l’océan Atlantique, cette île volcanique se situe sur la dorsale médio-atlantique formant une chaîne titanesque de volcans sous-marins sur plus de 15 000 kilomètres ! Cette (...)

[Lire la suite]



Le point du mardi : De la condition d’écrivain public !

mercredi 7 octobre 2015

Par Sandrine Chevillon
Dur métier que le nôtre, les contraintes sont légion ! Écrire, mais pas à la plume, avec un ordinateur. Corriger, mais avec l’aide des correcteurs d’orthographe. Trouver le mot juste, mais en ouvrant nos dictionnaires. Respecter la grammaire, mais en lisant le Point du mardi ! Nul doute, la condition d’écrivain public s’est certes améliorée au fil des siècles, mais demeure terriblement difficile ! Dans cette hypothèse, tentons de comprendre ladite condition sine qua non d’une (...)

[Lire la suite]



Le mot du jeudi : Imbroglio

vendredi 25 septembre 2015

Par Marie-Agnès de Franqueville
J’écoutais sereinement la radio, lorsqu’une prononciation d’un mot me fit tressauter. Une voix ingénue évoquait une situation inextricable qu’elle qualifiait « d’embroglio rocambolesque ». Ne rajoutons pas d’embrouille dans cet imbroglio déjà fort compliqué… Notre Larousse national précise la prononciation de notre mot grâce à l’alphabet phonétique français : [ ɛ̃brɔljo ] ou [ ɛ̃brɔglijo ], accordant nos violons, tout du moins pour cette première syllabe.
Ainsi, notre voix (...)

[Lire la suite]



Le point du mardi : Défilé des modes à l’AEPF !

mardi 22 septembre 2015

Par Sandrine Chevillon
Poursuivons, chers inconditionnels, notre défilé des modes. À titre indicatif, rappelons qu’il est impératif de s’éloigner du subj(o)nctif car l’infinitif participe au passé comme au présent de la concordance des temps. Et celle-ci conditionne, elle, l’harmonie de nos écrits !
De manière générale, on distingue deux valeurs au conditionnel. Examinons d’abord l’emploi temporel du conditionnel, dans lequel présent et passé s’opposent sur le plan aspectuel, comme c’est le cas pour (...)

[Lire la suite]



Le Point du mardi : Une liberté très conditionnelle !

mercredi 16 septembre 2015

Par Sandrine Chevillon
Si on aurait écouté en cours de grammaire au lieu de dessiner des chefs-d’œuvre sur le pupitre, on se serait épargné bien des fautes de conjugaison ! Que celui qui n’a jamais repris quelqu’un sur l’accord d’un verbe au conditionnel me jette la première pierre ! Avouons qu’une mauvaise concordance des temps vrille le tympan et que la démangeaison de le faire remarquer au locuteur fautif est irrépressible. De l’hypothèse à la non-réalisation, posons les limites de notre liberté (...)

[Lire la suite]



Le point du mardi : Des mots de bonne composition !

mardi 8 septembre 2015

(par Sandrine Chevillon)
Quelle soit de français ou d’histoire, la composition a fait couler beaucoup d’encre sur nos pupitres. Les écoliers besogneux que nous étions hier sont devenus des écrivains publics passionnés par les subtilités de la grammaire. Plutôt que nous replonger dans nos manuels poussiéreux, faisons le Point ce mardi sur une autre méthode de formation des mots. Pour ne pas rendre copie blanche, voici quelques travaux pratiques pour faire une bonne composition.
Le procédé de (...)

[Lire la suite]



Le point du mardi : Le propre de la dérivation !

mardi 1er septembre 2015

(par Sandrine Chevillon)
Ouvrons ce deuxième volet sur la formation des mots dans la langue française.
Outre la dérivation impropre, que nous évoquions dans le précédent Point, la dérivation propre consiste à créer des mots nouveaux en modifiant ou en ajoutant une terminaison. Autrement dit, il s’agit de joindre au radical (élément essentiel qui exprime fondamentalement le sens du mot) un suffixe afin de former des substantifs, des adjectifs, des verbes ou encore des adverbes. Lesdits suffixes ne (...)

[Lire la suite]



Le mot du jeudi : Arrhes, ars, hart, are et art

vendredi 3 juillet 2015

Par Marie-Agnès de Franquville
L’art de la langue française est de réunir des mots qui n’auraient eu aucun atome crochu à deviser ensemble, et qui pourtant cheminent côte à côte liés par la musique de leur sonorité. Ils nous donnent bien des maux à les écrire correctement, jouant à cache-cache avec leur acception, plus clairement leur sens.
Sur le pont des Arts, Calèches et chevaux Frayés aux ars, Musiciens, danseurs et badauds, Animent Lutèce, capitale de l’art. Au-delà, des horizons d’ares Aux (...)

[Lire la suite]



Le point du mardi : Retour aux origines !

jeudi 25 juin 2015

Par Sandrine Chevillon
La langue française est un organisme doué de vie en perpétuel devenir. Au même titre qu’un être vivant, elle refuse toute forme de statisme : elle évolue, se transforme, se recrée au gré des progrès techniques, des découvertes technologiques et surtout des mutations sociales et culturelles. La langue vit : les mots qui meurent dans la désuétude sont remplacés par d’autres qui naissent par nécessité. La disparition des archaïsmes est dans l’ordre des choses de la langue, tandis que (...)

[Lire la suite]



Le point du mardi : Faites des phrases atypiques !

mercredi 10 juin 2015

Par Sandrine Chevillon
La tendance littéraire de ce début de XXIe siècle est à la liberté stylistique. Plus de carcan canonique à respecter : les contraintes formelles sont démantelées. Le texte s’oralise : la parole s’écrit désormais comme elle se prononce. Le modèle syntaxique sujet + verbe + complément est bien souvent dépassé par la nécessité de transcrire la pensée telle qu’elle est conçue par l’esprit et formulée spontanément par l’énonciateur. Aussi avons-nous fréquemment recours à des structures (...)

[Lire la suite]



Le mot du jeudi : Pétrichor

mercredi 3 juin 2015

Imaginez, sous une pluie battante, un cameraman braquant son imposante caméra à très grande vitesse sur de microscopiques gouttes d’eau. On pourrait ainsi penser qu’il veut soumettre son matériel de haute technologie aux rudesses de la nature et en tester son étanchéité, ou bien plus sérieusement qu’il participe à une thèse de physique sur la vitesse de chute ou la variabilité de taille des gouttes d’eau. Ce fut peut-être le cas, qui sait ?
Et si je vous apprenais que ce cameraman a ainsi contribué à (...)

[Lire la suite]



le mot du jeudi : dithyrambe

samedi 30 mai 2015

Par Marie-Agnès de Franqueville
Il est des adjectifs plus connus que les noms dont ils dérivent. C’est le cas pour dithyrambique, « très élogieux ou d’un enthousiasme excessif », adjectif que l’on ne sait jamais bien écrire tant il paraît alambiqué, d’une subtilité excessive. Or le sens premier de ce mot est : « Qui appartient au genre poétique du dithyrambe » ; ainsi parle-t-on d’un poème ou d’un chant dithyrambique. Mais alors qu’est-ce qu’un dithyrambe ? D’où vient ce mot aux accents tyranniques dicté (...)

[Lire la suite]



Le point du mardi : Un sujet d’accord complexe !

mercredi 27 mai 2015

Par Sandrine Chevillon
Nous avons appris sur les bancs de l’école que « le verbe s’accorde toujours avec le sujet auquel il se rapporte ». Cette règle semble a priori d’une extrême limpidité. Mais cela est sans compter les subtiles exceptions dont regorge notre si belle langue ! L’accord du verbe serait-il vraiment aussi simple qu’il le paraît de prime abord ? Examinons les particularités des sujets complexes.
La principale difficulté à laquelle nous sommes confrontés est celle du sujet composé d’un (...)

[Lire la suite]



Le point du mardi : Trêve de pléonasmes !

mercredi 20 mai 2015

Par Sandrine Chevillon
Nul écrivain public n’est à l’abri de l’écueil de la redondance. Sous le prétexte de rendre nos textes plus littéraires, nous ne nous privons pas d’user de certains procédés de style afin d’ajouter de la qualité à nos écrits. Méfions-nous toutefois de ne pas tomber dans le travers qui veut qu’au lieu d’insister ou de renforcer une idée, nous la répétions maladroitement par le moyen de tournures pléonastiques quelquefois bien malheureuses.
De manière générale, le pléonasme est une (...)

[Lire la suite]



Le mot du jeudi : Coquecigrue, calembredaine et billevesée

jeudi 14 mai 2015

Par Marie-Agnès de Franqueville
Des mots aussi extravagants que cocasses, écoutez-les nous conter des fariboles, trêve de balivernes ! S’amuser avec la langue française, en voilà un joli passe-temps. Chacun apporte sa nuance dans la sottise…
La coquecigrue, aussi saugrenue soit-elle, nous apporte autant de rêves que de chimères. Ce mot fantasque, alors écrit sous l’orthographe cocquecigrue, fut inventé au XVIe siècle par François Rabelais (1494-1553) dans son deuxième roman, Gargantua. Le royaume de (...)

[Lire la suite]



Le point du mardi : Un générique qui n’est pas automatique !

mercredi 13 mai 2015

Par Sandrine Chevillon
Précédemment dans le Point du mardi : faisant suite à un pilote sur le genre parfois surprenant de certains substantifs, voici un deuxième épisode dédié aux noms quelque peu « douteux ». Les protagonistes de ce spin-off ne sont autres que les divers dictionnaires canoniques en butte avec l’usage parfois contraire à leurs recommandations. Sous une apparente rigidité grammaticale, découvrons l’univers impitoyable de la lutte des genres !
Alvéole : Nom masculin selon le Littré, le (...)

[Lire la suite]



Le point du mardi : Des noms en tout genre !

mardi 5 mai 2015

Par Sandrine Chevillon
Dans le genre indécis, on ne fait pas mieux qu’eux, et pour les scripteurs, c’est l’horreur ! Cela fait mauvais genre de se tromper, et à l’AEPF, ce n’est vraiment pas le genre de la maison ! Alors féminin ou masculin ? Voici de quoi leur choisir un genre !
Généralement, les noms communs dans la langue française appartiennent à un genre déterminé, féminin ou masculin, qui ne peut varier. Néanmoins, certains substantifs polysémiques peuvent être à la fois féminins et masculins, en (...)

[Lire la suite]



Le mot du jeudi : Vol-au-vent

mercredi 29 avril 2015

Par Marie-Agnès de Franqueville
Mais que peut bien être un vol-au-vent ?
Un indicateur de vent ? Un foulard très léger ?
Nenni !
L’origine de ce plat – ah ! un plat... – revient à un célèbre cuisinier, pâtissier et écrivain gastronomique du début du XIXe siècle, Antonin Carême.
Son maître, le prince de Condé raffolait de tartes et de tourtes (tartes en croûtes) mais les trouvait trop lourdes. Le fidèle Antonin se mit alors ardemment à la recherche d’une pâte légère et enfourna deux cercles de pâte (...)

[Lire la suite]



Le point du mardi : À vos ordres… démo !

mardi 28 avril 2015

Par Sandrine Chevillon
Avec son armada de règles et ses bataillons d’exceptions, la Grammaire française maintient ses soldats de la plume au garde-à-vous. La guerre est déclarée aux fautes de syntaxe. Bombardée de signes de ponctuation, la phrase est longue et les syntagmes parfois mal organisés. Lançons une opération commando afin de pacifier le champ (lexical, évidemment !). Affirmatif, l’ennemi est rusé, il faudra être fin stratège pour l’amener à battre en retraite. La victoire est à la portée de (...)

[Lire la suite]



Le mot du jeudi : clair-obscur

mercredi 22 avril 2015

Par Marie-Agnès de Franqueville
Soyons clairs, j’ai choisi ce joli mot pour sa poésie, son pluriel difficile et son papillon obscur.
Clair-obscur est un nom masculin dérivé de l’italien chiaroscuro et s’écrit au pluriel : les clairs-obscurs avec deux S aux deux adjectifs. Ne pas oublier de mettre le trait d’union à cet oxymore, figure de style rapprochant deux mots qui semblent contradictoires. Aigre-doux, doux-amer, réalité virtuelle, horrible plaisir, silencieux tintement… sont autant d’oxymores. (...)

[Lire la suite]



Le mot du jeudi : Jadis et naguère, par Marie-Agnès de Francqueville

dimanche 19 avril 2015

Le passé invite parfois à une tristesse rêveuse. Paul Verlaine ne s’y trompe pas en baptisant son recueil de poèmes Jadis et naguère (1884). Des mots justes viennent habiter ce sentiment mélancolique. Jadis, autrefois, naguère et d’antan sont de ceux-là. Ils font écho à un passé vague, mais chacun y dessine sa nuance. Hormis le mot « autrefois » qui est d’un usage courant, les trois autres sont du registre du langage littéraire, soutenu ou poétique. Immisçons-nous dans leurs secrets.
Jadis, adverbe (...)

[Lire la suite]



Le point du mardi : Moteur… Ça tourne… Travelling optique et… coupez !

mercredi 15 avril 2015

(par Sandrine Chevillon)
Pour la plupart d’entre nous, écrivains publics hyper connectés que nous sommes, en ce début de XXIe siècle, le clavier s’est substitué à la plume. Nous voici donc capables de produire des documents qu’on dirait tout droit sortis de chez l’imprimeur, tant la technologie moderne nous donne l’illusion de frôler la perfection. Pourtant aussi intelligents que soient nos logiciels de traitement de texte, qui n’a jamais été confronté à une mise en page récalcitrante, un alignement (...)

[Lire la suite]



Le mot du jeudi : Saynète

jeudi 9 avril 2015

D’emblée, j’entends des voix gronder et me souffler ma faute : n’écrit-on pas scénette ?
La tentation peut être grande comme une erreur qui se répand. Le philosophe suisse Henri-Frédéric Amiel, écrivit : « Une erreur est d’autant plus dangereuse qu’elle contient plus de vérité. »
Oui, nous sommes tentés par cette science relative aux processus de la pensée rationnelle qu’est la Logique, d’écrire « scénette » comme une petite scène. Ce pourrait être soit un petit lieu où se passe l’action théâtrale, soit une (...)

[Lire la suite]



Le Point du mardi : Des auxiliaires à la mode au premier aspect !

mercredi 8 avril 2015

Par Sandrine Chevillon
Véritables accessoires indispensables du discours, je vous mets au défi de vous en passer ! Ils jalonnent nos phrases pour ajouter un degré de sémantisme implicite à nos propos. Il en existe pour tous les goûts. D’aspect a priori banal, les verbes auxiliaires ne manquent pas d’utilité, ce qui ravira, à coup sûr, les pragmatiques. Les avant-gardistes ne seront pas en reste pour autant, puisque l’auxiliaire se révèle également à la pointe du mode ! Focus sur les incontournables de (...)

[Lire la suite]



Le mot du jeudi : Pâque et Pâques

samedi 4 avril 2015

Il est des mots qui mettent la pagaille dans la langue française et nous donnent de sacrés maux de tête. Pâque, pâque, Pâques ou bien pâques ? Le suspens sera de courte durée : tous à la fois, avec ou sans majuscule, au singulier ou au pluriel, au féminin ou au masculin. Même en mettant tous vos œufs dans le même panier, vous n’aurez jamais un seul mot de Pâques. Vous êtes prêts ? Alors c’est parti pour fêter Pâques - non, la Pâque je voulais dire - et nourrissons-nous de la pâque sans oublier de faire nos (...)

[Lire la suite]



L’assemblée générale 2015, une impression (par Fabienne Croze)

vendredi 3 avril 2015

Membre de l’AEPF depuis cinq ans, je me rends chaque année à l’assemblée générale de l’association, doublée, tous les deux ans par la Journée nationale de l’écrivain public. Ces moments fort intéressants sont toujours complétés par une visite de musée, une conférence... L’an passé, c’était une visite guidée au musée du manuscrit, boulevard Saint-Germain qui m’a captivée ; cette année, une conférence sur la Première Guerre mondiale, absolument passionnante, précédée par le détail du travail d’une de nos collègues (...)

[Lire la suite]



Le point du mardi : Faites-vous aider par le bon auxiliaire !

mardi 31 mars 2015

(par Sandrine Chevillon)
Avoir le bon auxiliaire, c’est être sûr de ne pas se tromper. Passer maître dans l’art de choisir un auxiliaire demande simplement d’appliquer quelques règles élémentaires que je ne manquerai pas de vous détailler point par Point… du mardi ! Ainsi pour vous faciliter l’écriture, vous trouverez, à n’en pas douter, en ce Point un précieux auxiliaire !
De manière générale, les auxiliaires sont des verbes qui, dépossédés de leur propre sémantisme, servent à la formation des temps (...)

[Lire la suite]



Le mot du jeudi : rhododendron, par Marie-Agnes de Francqueville

jeudi 26 mars 2015

En guise de bouquet final pour notre troisième semaine fleurie, j’ajouterai de belles couleurs grâce au RHODODENDRON. Seule l’étymologie peut venir à notre secours pour l’orthographier correctement. Le rhododendron tire son origine du grec rhodon, rose et dendron, arbre. Sachant cela, vous ne pourrez plus vous tromper sur la place « délicate » du H, satané H, dans « rhodo » et sur la présence d’un E et non d’un I dans « dendron ». Ce mot veut donc dire « arbre à roses ».
Nous devons son appellation au (...)

[Lire la suite]



Le point du mardi : Quand les femmes sont au travail !

mercredi 25 mars 2015

(par Sandrine Chevillon)
Après des siècles de luttes acharnées pour la reconnaissance de leurs compétences, les femmes occupent désormais les mêmes fonctions que les hommes. Qu’ils soient prestigieux, à responsabilité, nécessitant une très bonne condition physique ou encore dangereux, les femmes briguent des postes dans tous les domaines et à tous les niveaux. Si ces dames voient la parité comme une véritable mutation sociale symbole d’évolution et de progrès, ces messieurs, en revanche, ne cessent d’en (...)

[Lire la suite]



Le mot du jeudi : Forsythia

jeudi 19 mars 2015

Fuchsia hier, forsythia aujourd’hui, la botanique est à l’honneur sur notre site de l’AEPF.
Ce nom masculin de forsythia fait concurrence directe au fuchsia déjà bien compliqué orthographiquement parlant. À croire que les sciences de la Nature garderaient leurs secrets bien enfouis…Tout comme le fuchsia, le forsythia est un arbrisseau ornemental originaire non pas d’Amérique mais d’Asie dont les fleurs jaunes apparaissent dès la fin de l’hiver, avant les feuilles. Il appartient à la famille des (...)

[Lire la suite]



Le point du mardi : Écoutons la voix de l’agent !

mardi 17 mars 2015

(par Sandrine Chevillon)
Puisque la grammaire française est très policée, rien de moins étonnant que d’y découvrir un agent. Un complément d’enquête s’impose afin de dresser le procès verbal de celui qui n’en finit plus de changer de voix !
Rappelons d’abord qu’on appelle voix les formes que prend le verbe pour exprimer le rôle du sujet dans l’action et le sens de son développement. On distingue :
la voix active, indiquant que le sujet fait l’action ; celle-ci est de ce fait considérée à partir de (...)

[Lire la suite]



Où il est question de notre métier sans l’AEPF...

dimanche 15 mars 2015

Quand TF1 parle des écrivains publics, elle fait du TF1 : par le petit bout de la lorgnette, de manière superficielle, approximative, incomplète et inexacte. C’était dans le « 13 heures » du 13 mars 2015. Si le journaliste auteur du reportage et la rédaction de la chaîne privée avaient pris le soin de contacter l’AEPF, le résultat eût été tout différent. Cependant, nous n’avons été, tout comme le SNPCE d’ailleurs, sollicités par email que dans la matinée précédant la diffusion du reportage et seulement pour (...)

[Lire la suite]



Le mot du jeudi : Fuchsia

jeudi 12 mars 2015

Le fuchsia en voit de toutes les couleurs lorsque l’on se trompe si souvent sur son orthographe, ma foi assez machiavélique !
FUCHSIA s’écrit ainsi, mais pourquoi donc ?
Fuchsia, nom masculin, est un arbrisseau ornemental de la famille des œnothéracées (tout aussi aisé à orthographier), originaire d’Amérique latine et de Nouvelle-Zélande, aux fleurs pendantes rouge violacé, planté dans les jardins en massif ou en haie. Toutefois, tous les fuchsias ne sont pas rose fuchsia ! Il existe de beaux fuchsias (...)

[Lire la suite]



Le point du mardi : Aujourd’hui, vous saurez TOUT !

mardi 10 mars 2015

(par Sandrine Chevillon)
Anaxagore, au Ve siècle avant J.-C., avait déjà tout compris en disant que « tout est dans tout ». Si nous lisions nos Antiquités avec un tant soit peu d’attention, nul doute que nous aurions une connaissance quasi métaphysique des règles de grammaire, qui ne sont rien d’autre que les parties d’un tout. Or tous les écrivains publics savent bien qu’ils ne connaissent qu’une toute petite partie de cette toute-puissante syntaxe. Si elle s’avère parfois toute contraire à la logique, (...)

[Lire la suite]



Les mots du jeudi : Krak, crack, krach, craque, crac et Crac’h !

jeudi 26 février 2015

Six homonymes en un mot quel que soit le « crac » choisi, c’est bien là un score de crack !
« Du haut de son krak, le crack des traders assiste, impuissant, en fumant du crack, au krach boursier. Ce n’était pas des craques, l’économie va mal, et un jour, crac, tout craquera même à Crac’h. »
Telle une bonne instit’, reprenons du début cette phrase troublante :
« Du haut de son krak... » : le mot krak, nom masculin, nous vient de l’arabe karak, forteresse, et désigne une construction fortifiée construite (...)

[Lire la suite]



Le point du mardi : Inspirez… élidez !

mardi 24 février 2015

(par Sandrine Chevillon)
Stop aux idées reçues ! Les écrivains publics ne sont pas que des intellos piquant du nez sur leurs écrans, leurs livres ou leur bureau… Grâce aux infinies subtilités de la grammaire et de l’orthographe françaises, force est de constater que nous sommes des athlètes super entraînés à la gymnastique de l’esprit ! Démonstration : inspirez… élidez !
Commençons par la description du phénomène. L’élision consiste à supprimer la voyelle finale d’un mot devant la voyelle ou le h muet au (...)

[Lire la suite]



Le mot du jeudi : Falbala

jeudi 19 février 2015

Une fois n’est pas coutume, découvrons notre mot à travers une affiche de film.
Ce film mélodramatique de Jacques Becker (1906-1960) sorti en 1945, retranscrit avec un grand réalisme l’atmosphère d’un atelier de haute couture. Notre mot « falbala » batifolerait donc avec la mode. Plongeons-nous dans le scénario : Micheline débarque à Paris pour se marier avec Daniel, un marchand de soie lyonnais. Cependant elle va succomber au charme d’un couturier brillant, mais séducteur invétéré, Clarence. Pour (...)

[Lire la suite]



Le point du mardi : Traité d’urbanisme et de géographie !

mardi 17 février 2015

(par Sandrine Chevillon)
Douce France, tes communes aux noms évocateurs résonnent comme une invitation à l’écriture : La Plume, Romans (-sur-Isère), Vers, La Feuillée, Still, Contes, Essay, Bédée, Descartes, Pageas, Livron… L’inspiration emporte déjà les doigts des écrivains publics qui dansent en cadence sur les claviers, et s’arrêtent soudain, comme stoppés dans leur course folle par un obstacle invisible. Le silence se fait, pesant comme une encyclopédie. L’éternelle question est à nouveau posée : (...)

[Lire la suite]



Le mot du jeudi : Parangon

vendredi 13 février 2015

Par Marie-Agnès de Francqueville
Malgré la rime, l’Avare de Molière (écrit en 1668), j’ai nommé Harpagon, est loin d’être un parangon de vertu.
Apparu en 1504, le mot parangon provient de trois langues méditerranéennes : de l’espagnol parangón, comparaison, puis de l’italien paragone, pierre de touche, et enfin du grec ancien parakonê, pierre à aiguiser. Une pierre de touche (ou touchau) est un fragment de jaspe noir, pierre dure et opaque, utilisée pour discerner l’or de l’argent dans le métal en (...)

[Lire la suite]



Le point du mardi : Prêts, position, écrivez !

mardi 10 février 2015

Par Sandrine Chevillon
La condition humaine est ainsi faite, aussi frustrant que cela puisse être, toutes nos questions ne peuvent obtenir de réponses satisfaisantes... Tenez, par exemple, si je vous demande qui a cassé le vase de Soissons, vous me répondrez sans la moindre hésitation que ce n’est pas vous ! Ou si je vous interroge ainsi : « mais où est donc Ornicar ? », vous me direz que depuis le temps qu’on le cherche, celui-là, dans toutes les écoles, il faudrait peut-être avertir les autorités ! (...)

[Lire la suite]



Le mot du jeudi : Épitaphe

mercredi 4 février 2015

J’ai délibérément choisi l’angle humoristique pour parler de mon mot du jour.
La mort est un fardeau lourd à porter pour ceux qui restent, je le sais. Je le respecte. Néanmoins, un petit clin d’œil sur de drôles d’épitaphes nous rappelle que nous y passerons tous et que personne n’est parfait !
« Je me portais comme un charme, et puis paf, épitaphe ! »
« Je me suis éteint. Pourtant je n’étais pas une lumière. »
Au XVIIe siècle, le mot « épitaphe » était indifféremment des deux genres, masculin et féminin. (...)

[Lire la suite]



Le point du mardi : De l’ordre, chers EP, c’est impératif !

mercredi 4 février 2015

(par Sandrine Chevillon)
Dans un récit comme un courrier administratif, impossible de faire l’impasse sur l’impératif. Pourtant ce mode est celui de l’injonction, c’est-à-dire de l’ordre donné parfois sans ménagement. On nous en a tant rebattu les oreilles à l’école qu’y raisonne encore un « Ouvrez vos livres de grammaire, interrogation écrite ! », d’un ton à la fois péremptoire et revêche, rugi par un professeur autant aigri que sournois (à l’origine d’ailleurs d’allergies bénignes, voire d’intolérances (...)

[Lire la suite]



Le point du mardi : Pensez à relativiser !

mercredi 28 janvier 2015

(par Sandrine Chevillon)
L’EP se doit de conserver une certaine réserve, une sorte de distance vis-à-vis de ce qu’il écrit. Il faut être objectif, en toutes circonstances. Cela est indubitablement vrai… Enfin presque… Car tout est relatif, surtout nos phrases !
Les propositions relatives sont des propositions subordonnées introduites par un pronom relatif simple (qui, que, quoi, dont, où) ou composé (lequel, laquelle, lesquel(le)s, auquel, à laquelle, auxquel(le)s, duquel, de laquelle, (...)

[Lire la suite]



Le point du mardi : Participe présent, adjectif verbal et gérondif, semblables et pourtant si différents ! (par Sandrine Chevillon)

mercredi 21 janvier 2015

Ils sont la hantise de bon nombre de scripteurs. Leurs noms, censés nous éclairer sur leur usage, ne font qu’épaissir l’obscurité qui les entoure. La logique nous pousserait par exemple à voir le participe présent comme pendant du participe passé, s’accordant ainsi sous certaines conditions. Mais il n’en est rien. La cohérence semble également mise à mal dans la tournure quasi oxymorique d’« adjectif verbal ». On nous a répété que l’adjectif qualifie un nom et que le verbe a besoin d’un sujet qui ne peut (...)

[Lire la suite]



Le mot du jeudi : Liberté

mercredi 21 janvier 2015

« La liberté assassinée » LE FIGARO – Midi Libre – L’Union Reims « Un crime contre la liberté » Ouest France « C’est la liberté qu’on assassine » l’Humanité « Ils ne tueront pas la liberté » Le Parisien « Liberté 0 – Barbarie 12 » L’ÉQUIPE « War on freedom » « Guerre contre la liberté » The Dayly Telegraph (G-B) « Attack on freedom » « Attaque contre la liberté » THE TIMES (G-B) « Vive la liberté » le Berliner Zeitung (Allemagne) « La liberté ne meurt jamais » L’Aisne nouvelle « La (...)

[Lire la suite]



Le mot du jeudi : Armistice

jeudi 15 janvier 2015

Le nom commun armistice ne fait pas toujours l’unanimité. Deux fautes sont ainsi fréquemment commises : un accord au féminin et une confusion avec amnistie.
Qu’on se le dise, armistice est un nom masculin d’origine latine. De arma, armes et sistere, arrêter, il désigne une convention par laquelle des belligérants déposent les armes et suspendent donc les hostilités sans mettre fin à l’état de guerre. Cette erreur de genre se retrouve en 1762 dans les dictionnaires de l’Académie où il est féminin, et (...)

[Lire la suite]



Le point du mardi : Ono m’a topé… ! (par Sandrine Chevillon)

mercredi 14 janvier 2015

Aux marges de la phrase se trouvent des termes qui constituent parfois à eux seuls un énoncé (on les appelle des mots-phrases) ou s’insèrent dans la phrase, sans pour autant s’intégrer à sa structure. Parmi ces éléments, on relève notamment l’interjection, qui marque l’affectivité, puisqu’elle retranscrit, parfois presque phonétiquement, un ressenti, un cri ou encore un bruit.
L’interjection est une catégorie grammaticale à part entière. Aussi, la nature et le rôle syntaxique des mots qui la composent sont (...)

[Lire la suite]



L’enquête 2013 / 2014 du SNPCE

lundi 12 janvier 2015

La troisième édition lancée fin 2013 de la vaste enquête engagée par le Laboratoire d’analyse de la profession du SNPCE (Syndicat national des prestataires et conseils en écriture) tous les deux ans depuis 2009 a débouché sur des résultats significatifs, 131 prestataires et conseils en écriture sur les 494 interrogés ayant en effet répondu, soit un taux de retour de 27 %.
Que nous disent-ils ?
La profession de prestataire et conseil en écriture est toujours essentiellement féminine et correspond à un (...)

[Lire la suite]



Le point du mardi : Des EP sous influence négative ! (par Sandrine Chevillon)

mardi 6 janvier 2015

Impossible d’être toujours positif, parfois il faut savoir dire non ! Entendons-nous bien, je ne suis évidemment pas en train de vous inciter à un ascétisme façon Siméon le Stylite au sommet de sa colonne ! Rassurez-vous, je vous propose simplement de faire le point sur le maniement de la négation dans nos écrits.
Dans la langue française, la négation se compose de deux éléments : ne, placé avant le verbe simple, l’auxiliaire ou le pronom conjoint, et pas, plus, jamais, point ou guère, adverbe placé (...)

[Lire la suite]



Le mot du jeudi :

jeudi 18 décembre 2014

La chasse aux couacs des « quoique » est ouverte : oui, finissons-en avec les discordances, les fausses notes dont sont victimes, malgré eux, les « quoique » et les « quoi que ».
On écrira QUOIQUE en un seul mot si l’on peut le remplacer par BIEN QUE, qui lui, est en deux mots. Il s’agit alors de la conjonction de subordination généralement suivie du subjonctif et qui marque une opposition, une concession ou bien une restriction. « Quoique fatigué, il viendra au concert, quoiqu’il y ait des couacs. » (...)

[Lire la suite]



Le point du mardi : Faites parler vos héros ! (par Sandrine Chevillon)

mardi 16 décembre 2014

Comme nous avions évoqué précédemment les différents types de discours dont nous disposons afin de retranscrire les paroles de nos personnages, je vous propose aujourd’hui de prolonger notre réflexion par l’étude des procédés et des aspects du dialogue littéraire.
Le cas de figure le plus répandu est celui du dialogue ancré dans un texte narratif. La transition qui consiste à passer du récit au dialogue est parfois délicate. Il est donc conseillé pour la rendre aussi naturelle que possible d’introduire la (...)

[Lire la suite]



Des mots qui libèrent

mardi 16 décembre 2014

Par Pascal Martineau
Écrivain public-biographe à Saran

[Lire la suite]



Le mot du jeudi : Rocambolesque (par Marie-Agnès de Francqueville)

mercredi 10 décembre 2014

« Ça ne tient pas debout, cette histoire, c’est rocambolesque, c’est du Grand-Guignol… » Nathalie Sarraute (1900-1999)
Tous les noms et adjectifs au suffixe -esque expriment une relation. C’est ainsi que notre mot du jour si abracadabrantesque, funambulesque, tirerait son nom des exploits de Rocambole, nom et héros du roman-fleuve de l’écrivain populaire du XIXe au nom joliment rocambolesque, Pierre Alexis, Joseph, Ferdinand, vicomte de Ponson du Terrail (1829-1871). Ce maître du roman-feuilleton (...)

[Lire la suite]



Le point du mardi : À chacun son discours !

mercredi 10 décembre 2014

Par Sandrine Chevillon
Nombre d’entre nous pratiquent le récit de vie, certains le récit tout court, c’est-à-dire sous ses autres formes, la nouvelle, le roman, etc. Quel que soit le genre de nos écrits, nous sommes tous confrontés à la parole : celle du client qui se raconte devenant peu à peu parole de personnage, relatant lui-même bientôt les propos tenus par un autre protagoniste. Bref, inutile de vous faire un long discours, vous l’aurez compris il s’agit de faire le point sur les différentes (...)

[Lire la suite]



Le mot du jeudi : Caparaçonner

jeudi 4 décembre 2014

Par M-A. de Francqueville
Voici un mot que je viens de découvrir et que j’ai confondu avec « carapaçonner » qui n’existe pas ! C’est donc un barbarisme, c’est-à-dire une faute de langage consistant à employer un mot, soit inexistant soit déformé. Attention donc ici à ne pas intervertir le p et le r : ca – pa -ra – çon – ner. En revanche, le verbe pronominal, se carapacer, existe et désigne l’action de s’enfuir, se carapater ou bien se protéger, se mettre une carapace.
Pour pallier cette erreur, (...)

[Lire la suite]



Le point du mardi : un emploi de temps imparfait ! (par Sandrine Chevillon)

mardi 2 décembre 2014

Voici venu le temps d’ouvrir le dernier volet de notre trilogie subjonctive. Rappelons que le premier acte, véritable allégorie du poids de la fatalité, représentait le subjonctif en propositions indépendantes devenant progressivement le mode de la dépendance. Le deuxième acte illustrait l’attitude paradoxale du protagoniste qui tantôt s’imposait comme élément indispensable dans certaines circonstancielles et tantôt se faisait préférer à l’indicatif pour des raisons sémantiques. L’intrigue se dénouera (...)

[Lire la suite]



Le mot du jour : Pastourelle (par Marie-Agnès de Francqueville)

lundi 1er décembre 2014

D’humeur bucolique, pastoureau et pastourelle chantent leur ritournelle à leurs brebis égarées. Aux alentours des pâtures, trisse l’hirondelle rousseline, roucoule la tourterelle des bois, siffle de son long bec pointu la sturnelle des prés ; la sitelle torchepot, elle, picore une noisette que l’étourneau sansonnet avait niché au creux de son arbre. Le décor pastoral ainsi planté, nous apprivoiserons mieux ce mot, tel un mouton que l’on ramène au troupeau. Un joli mot que cette pastourelle entourée (...)

[Lire la suite]



Le point du mardi : Passé de mode, le subjonctif ?

mercredi 26 novembre 2014

Poursuivons notre examen approfondi du subjonctif, qui souffre d’une forte déconsidération dans les manuels ou programmes scolaires. En raison de ses terminaisons parfois incongrues, certains de ses temps ne sont plus à la mode et son usage s’essouffle dans la langue courante. Sans doute fût-il condamné si la grammaire française, dans sa grande complexité, ne l’imposât dans certaines constructions. Et bien qu’il fatiguât nos méninges par son usage, à n’en pas douter plus réglementé que notre profession, (...)

[Lire la suite]



Le mot du jour d’Écrire Ensemble (Marie-Agnès de Francqueville) : Escagasser

mardi 25 novembre 2014

J’aime ce mot escagasser, il me plaît et ne m’escagasse en aucune façon. Il sent bon l’accent du sud, le chant des cigales, la nature libérée, l’argot provençal. Il sonne en symbiose avec son sens qui se métamorphose selon l’atmosphère ambiante.
Emprunté au début du XXe, escagasser tire son origine du mot provençal escagassa, affaisser, écraser. Il désigne l’action d’assommer quelqu’un, ou plus familièrement de le réduire en bouillie, de l’écrabouiller, rien que cela ! Appliqué aux choses, le vocable (...)

[Lire la suite]



Le point du mardi : Plus que parfaits au subjonctif !

mercredi 19 novembre 2014

Écoliers, nous les avons tous appris par cœur et récités encore et encore. Écrivains publics, il est pourtant des temps de notre riche conjugaison qui nous replongent encore et toujours dans nos livres de grammaire. Dans la langue de Molière, il y a un temps pour tout, voici venu celui d’être plus que parfaits au subjonctif ! Petit rappel de généralités : le subjonctif est un mode verbal comportant quatre temps : le présent, le passé, l’imparfait et le plus-que-parfait. Si les deux premiers sont (...)

[Lire la suite]



Petite parenthèse concernant les signes

jeudi 13 novembre 2014

Pour les écrivains publics que nous sommes, les lettres sont capitales. Mais elles ne seraient rien sans ces minuscules idéogrammes disposés çà et là entre les mots.
Ces signes rythment, séparent, isolent, relient, soulignent, expriment un sentiment… Bref, trait d’union entre l’auteur et le lecteur, la ponctuation met un point d’honneur à donner du sens, du souffle et du style.
Ainsi, dès le premier coup d’œil, les parenthèses permettent d’isoler de la phrase une remarque, un commentaire ou une (...)

[Lire la suite]



Le point du mardi : Tous au point sur la ponctuation ! (par Sandrine Chevillon)

mardi 4 novembre 2014

À chacun ses favoris : certains ponctuent leurs écrits de virgules, d’autres parsèment leurs textes de points d’exclamation, d’aucuns abusent des parenthèses, quand les derniers prônent l’usage des points de suspension. La ponctuation est un système d’idéogrammes qui contribue à l’organisation du texte écrit, apporte des indications prosodiques, marque des rapports syntaxiques et véhicule des informations sémantiques. Il est de ce fait très important de connaître les fonctions et les règles d’espacement de (...)

[Lire la suite]



Le point du mardi : Abrégeons nos écrits !

mardi 28 octobre 2014

Largement utilisées dans le langage courant, les abréviations s’invitent également très souvent dans nos écrits. Ces mots que l’on abrège « pour aller plus vite » nous font perdre un temps précieux quand il s’agit par exemple de déterminer s’ils prennent la marque du pluriel ou si la grammaire, dans les profondeurs de ses règles les moins connues, ne recèlerait pas une exception les rendant invariables. Focus cette semaine sur les abréviations et apocopes, c’est-à-dire les mots dont on a retranché la (...)

[Lire la suite]



Le point du mardi : De sacrés numéros !

mardi 21 octobre 2014

Si les adjectifs numéraux cardinaux, ou plus vulgairement les chiffres, n’ont plus de secrets orthographiques pour vous, puisque nous les avons passés au crible mardi dernier, leurs homologues ordinaux nécessitent encore quelques approfondissements. L’adjectif numéral ordinal a pour fonction de préciser le rang affecté à un nom, à l’intérieur d’une série de choses ou d’êtres. Autrement dit, il permet d’exprimer dans quel ordre ces éléments sont classés. Comme tout adjectif, il s’accorde en genre et en (...)

[Lire la suite]



Le point du mardi : Des chiffres oui, mais en lettres !

mardi 14 octobre 2014

En bons professionnels de l’écriture que nous sommes, souvent fortement influencés par un goût prononcé pour la littérature, le moins que l’on puisse dire c’est que les chiffres ne nous inspirent pas toujours confiance. Surtout quand il s’agit de les écrire. Pourtant ni une, ni deux, prenons le temps de tirer cela au clair !
Les adjectifs numéraux cardinaux - les nombres pour les profanes ! – fonctionnent globalement comme des déterminants, c’est-à-dire qu’ils véhiculent sémantiquement le singulier ou (...)

[Lire la suite]



Le point du mardi : La grammaire au jour le jour !

mardi 7 octobre 2014

À l’instar de tous les noms communs de la langue française, les jours de la semaine doivent être mis au pluriel si nécessaire, ce qui revient à nous faire noter par exemple : en vente tous les lundis ; magasin fermé les mercredis… En revanche, on devra écrire les mardi et jeudi de chaque semaine en conservant le singulier car il n’y a, en toute logique, qu’un mardi et qu’un jeudi par semaine. Suivant ces principes, il faudra par conséquent orthographier : la réunion a lieu les premier et troisième (...)

[Lire la suite]



Le point du mardi : quand la grammaire nous en fait voir de toutes les couleurs !

mardi 30 septembre 2014

Nous connaissons tous par cœur, depuis les bancs de l’école primaire, la fameuse règle qui préconise que « l’adjectif qualificatif s’accorde en genre et en nombre avec le nom commun qu’il qualifie ».
Cela se vérifie pour tous les adjectifs de la langue française... à une exception près, évidemment ! Lorsqu’il s’agit des adjectifs de couleurs, les choses se corsent légèrement.
En effet, les adjectifs qualificatifs de couleurs utilisant des noms de fleurs, de fruits, de pierres précieuses, etc., ne (...)

[Lire la suite]



Le SNPCE nous demande de communiquer :

jeudi 25 septembre 2014

Répondre à un marché public
Le SNPCE organise une formation le 10 octobre 2014 de 14 h à 18 h à la CCI de l’Essonne, à Évry (91). L’objectif de cette demi-journée, animée par un juriste marchés publics, est de familiariser les prestataires et conseils en écriture avec les procédures très spécifiques des marchés publics et de leur donner les éléments essentiels nécessaires pour optimiser leurs chances de réussite lorsqu’ils se portent candidats.
Programme :
Les différentes formes de marchés publics
Le (...)

[Lire la suite]



Nouveauté sur le blog de l’AEPF : Le point du mardi !

mercredi 24 septembre 2014

Pas d’accord sur le participe passé !

[Lire la suite]



Les ateliers d’analyse de la pratique du métier d’écrivain public.

jeudi 4 septembre 2014

Suite au succès de la Journée nationale de l’écrivain public en avril 2014, nombreux ont été les professionnels à exprimer la joie qu’ils avaient ressentie de pouvoir partager leurs expériences, leur manière d’exercer, les bonheurs mais aussi les mésaventures qui parsèment le chemin de notre belle profession d’écrivain public. En effet, vous n’êtes pas sans savoir que ce métier, s’il nécessite d’aimer le contact avec autrui, s’exerce pourtant très souvent de façon isolée, loin des confrères et consœurs avec (...)

[Lire la suite]



Les résultats de l’enquête du SNPCE sur la profession sont parus !

jeudi 4 septembre 2014

Ces résultats présentent les différentes caractéristiques de la profession et sont comparés avec ceux des deux premières enquêtes, menées en 2009 et 2011. Vous y découvrirez le profil type du prestataire et conseil en écriture, analysé sous tous les angles : sexe, âge, formation initiale et continue, motivations d’installation, clientèle, temps de travail, rémunération, promotion, prestations proposées, satisfaction par rapport au métier...
Le questionnaire a été envoyé à 494 prestataires et conseils en (...)

[Lire la suite]



L’écrivain public : plaidoyer pour la reconnaissance d’une activité de service public

dimanche 4 mai 2014

Par Aurore Macé

[Lire la suite]



Une invitation au dialogue et à la tolérance

vendredi 4 avril 2014

Une réaction à la 2e Journée nationale de l’écrivain public.
Par Joëlle Gac-Cochy

[Lire la suite]



L’épaisseur du trait

dimanche 2 mars 2014

Une de nos membres signalait récemment un petit article paru dans un journal de sa région. C’était à propos d’écrivains publics bénévoles qui jetaient l’éponge après 13 ans de services à la mairie de leur commune, 13 années passées à s’efforcer d’aider les victimes de l’illettrisme (grande cause nationale en 2013). Réparer les dégâts, en attendant de pouvoir mieux les prévenir.
Il faut imaginer une petite ville paisible des bords de Loire, à la jonction entre ce fleuve et un canal, une tranquille animation (...)

[Lire la suite]



Trois conférences en prélude au colloque national

vendredi 7 février 2014

En prélude à la 2e Journée nationale de l’écrivain public et dans le cadre d’un partenariat avec la Mairie de Paris, l’AEPF interviendra le mercredi 2 avril dans trois bibliothèques parisiennes.
Ces conférences ont d’ores et déjà été annoncées sur le site "Que faire à Paris".
18 h : Bibliothèque Edmond-Rostand
11 rue Nicolas-Chuquet, 17e
La biographie, par Sylvie Monteillet
19 h : Bibliothèque Couronnes
66, rue des Couronnes, 20e
L’illettrisme, par Marie Huguenin-Dezot
19 h : Bibliothèque Buffon
15, (...)

[Lire la suite]



Encore l’orthographe

lundi 27 janvier 2014

Tiré (avec son autorisation) du numéro 609 des "notules dominicales de culture domestique" de Philippe Didion, ce cliché d’anthologie, pris à Madecourt dans les Vosges, qu’il a intitulé à juste titre :
"L’orthographe vaincue par la douleur"
Cette inventivité dans la faute décourage tout commentaire. On notera toutefois que c’était avant l’institution de l’école publique obligatoire !
Philippe Didion, admirateur entre autres de Perec, publie depuis des années chaque dimanche ou presque une (...)

[Lire la suite]



Une histoire édifiante

jeudi 23 janvier 2014

En décembre 1944 le sous-lieutenant Onoda, de l’armée japonaise, est affecté aux Philippines, dans les troupes chargées de la défense de l’île de Lubang. Au cours de l’année 1945 les Américains débarquent et le sous-lieutenant, plutôt que de se rendre, prend le maquis avec trois camarades. Les forces US ou philippines les repèrent parfois et les pourchassent, toujours en vain.
Au cours des mois et des années suivantes des tracts rédigés par les Japonais eux-mêmes sont parachutés sur les montagnes pour (...)

[Lire la suite]



Atelier formation "Construire sa page Facebook"

lundi 30 décembre 2013

Le SNPCE (Syndicat National des Prestataires et Conseils en Ecriture) organise un atelier formation "Construire sa page Facebook" le 25/01/2014 de 14 h à 17 h, au Mée-sur-Seine.
Cet atelier est gratuit pour les adhérents au SNPCE. Le tarif est de 20 € pour les autres (à valoir sur une adhésion dans les six mois suivant l’atelier). Prévoir son ordinateur portable. Renseignements et inscription auprès de contact@snpce.fr.
Anne (...)

[Lire la suite]



Qui est le véritable auteur d’un récit de vie ?

mardi 17 décembre 2013

Qui est le véritable auteur d’un récit de vie ?
Celui qui a vécu cette vie, celui qui compose le récit (qui l’organise en pensée) celui qui le rédige ? Ces trois fonctions peuvent être confondues dans la même personne et dans ce cas il n’y a aucun doute : le seul auteur est celui qui a vécu les faits relatés, et on est en présence d’une autobiographie, au sens le plus classique et plein du terme. Mais elles peuvent être dissociées, ce qui est le cas lorsqu’intervient un écrivain public, donc un (...)

[Lire la suite]



Le poids du destin : genèse d’un succès

lundi 16 décembre 2013

Récit documenté d’un drame qui a touché l’auteur de très près, le livre d’Yvette-Marie-Basset a déjà été lu par plus de six-cents personnes.
Cette histoire, Yvette Marie-Basset l’avait depuis longtemps dans la tête, dans le cœur et dans les tripes. Depuis ce jour funeste d’octobre 1954, où, dans un petit village du Berry, Dun-le-Poëlier, son parrain a assassiné sa femme, ses parents et ses trois enfants, avant de mettre fin à ses jours. Cette histoire, il fallait qu’elle sorte. Alors, Yvette Marié-Basset a (...)

[Lire la suite]



Assises Nationales et Européennes de l’Illettrisme

lundi 2 décembre 2013

Les 13, 14 et 15 novembre 2013, se sont tenues à Lyon les Assises nationales et européennes de l’Illettrisme. Cette manifestation, réunissant les partenaires du collectif « Agir ensemble contre l’illettrisme » a réuni plus de 860 participants, et a permis de débattre et d’informer autour des actions parcourues depuis plus de dix ans. Les nombreux témoignages ont su mettre en valeur les expériences de chacun pour franchir de nouvelles étapes et nouer de nouveaux partenariats.
Participant à la démarche, (...)

[Lire la suite]



A propos d’un documentaire sur les écrivains publics

dimanche 10 novembre 2013

Avant toutes choses : ne perdez pas de vue que le 30 novembre est la date limite d’inscription au stage organisé par l’AEPF du 9 au 13 décembre 2013. Pour en savoir plus cliquez à cet endroit
A propos du documentaire de France 5 sur les écrivains publics.
Tourné vers la fin 2010, diffusé une première fois en 2011, ce documentaire a été rediffusé dans la nuit du 5 au 6 novembre dernier. Il doit être encore visible pour peu de jours sur le site web de la chaîne.
Il m’a laissé sous le coup (...)

[Lire la suite]



Un nouveau site web pour l’AEPF

lundi 28 octobre 2013

Chaque adhérent a reçu le 18 octobre dernier un message l’informant de la mise en service d’un site web de l’AEPF quelque peu rénové. Chacun a eu connaissance de son identifiant et de son mot de passe et s’est vu communiquer la notice d’emploi "adhérent". L’absence (pour le moment !) de réactions semble indiquer qu’il n’y a pas de problème notable de mise en service.
En tous cas n’hésitez pas à nous signaler (par message à arbramo@gmail.com) tout ce qui vous semblerait être une anomalie.
Le but de ce petit (...)

[Lire la suite]



A propos du statut de l’autoentrepreneur

mardi 16 juillet 2013

Ces dernières semaines les projets de la ministre de l’Artisanat, du Commerce et du Tourisme, Mme Sylvia Pinel, ont soulevé quelques tollés et fait couler beaucoup d’encre. Il était question d’une réduction des avantages de ce statut, de la mise à mort progressive des autoentrepreneurs, de la concurrence déloyale qu’ils faisaient à d’autres entrepreneurs, de la révolte des « poussins », du « plus grand plan social de France » etc. Qu’en penser ? Après sa création, en 2009, ce statut connut un grand succès (...)

[Lire la suite]



Liège : 4ème forum des écrivains publics

mardi 18 juin 2013

Le site de la RTBF nous apprend que s’est tenu à Liège le 4ème forum des écrivains publics de langue française :
www.rtbf.be/info/regions/detail_liege-quatrieme-forum-des-ecrivains-publics?id=8020803
On reste un peu sur sa soif après la lecture de ce court article qui nous dit cependant qu’ils sont une centaine à exercer (pour une population francophone de 4 ou 5 millions d’habitants). On suppose pouvoir en apprendre un peu plus en allant sur le site (...)

[Lire la suite]



Les actes de la journée "Ecriture publique et solidarité" au Pradet

dimanche 16 juin 2013

Le 25 mars, au Pradet (Var), avait lieu la journée "Ecriture publique et solidarité" organisée par l’EPACA.
Vous pouvez en consulter les actes en cliquant sur le lien suivant, ou en le copiant dans votre navigateur :
http://www.epacasud.fr/index.php/activites/33-bilan-ecritures-publiques-solidarites

[Lire la suite]





Suivre la vie du site RSS 2.0 | Espace privé | SPIP | AEPF | © AEPF 2013