« L’accompagnement de nos concitoyens par un écrivain public constitue dans les temps actuels de modernisation de l’État, de la justice et des services publics en général une exigence qui devrait être inscrite de façon pérenne dans les politiques publiques. »

Depuis un peu plus de quatre ans, j’interviens comme écrivain public professionnel à la Maison de la Justice et du Droit d’Orléans et au Centre pénitentiaire d’Orléans-Saran dans le cadre du Conseil départemental d’accès au droit (CDAD) du Loiret.

Ce groupement d’intérêt public est présidé par Sylvie Mottes, présidente du Tribunal de grande instance d’Orléans.

En introduction du rapport d’activité du CDAD du Loiret pour l’année 2018, Sylvie Mottes écrit notamment :

« L’accès aux droits sociaux reste un vecteur important de la politique d’accès au droit conduite au niveau du département. Le CDAD du Loiret a la chance de travailler avec Monsieur MARTINEAU, écrivain public agréé par l’association des écrivains publics de France, particulièrement qualifié. Il est vivement remercié de son travail et de son investissement, notamment au centre pénitentiaire d’Orléans-Saran et à la maison de la justice et du droit. L’exclusion draine vers nos permanences les publics les plus fragiles. L’illettrisme contribue de façon accrue à la désocialisation de nos concitoyens. La réflexion sur ce sujet conduit à ouvrir des perspectives d’extension de la mission de l’écrivain public. Le développement du numérique, la mise en place de PORTALIS et des SAUJ* au sein des juridictions sont autant d’éléments qui militent en faveur du développement de ce dispositif spécifique qui vient en appui des permanences généralistes et de celles plus spécialisées sur le droit du travail, la consommation, le logement, le surendettement et la famille. Le conseil départemental de l’accès au droit du Loiret n’a pas les moyens, pour le moment, de développer ce dispositif. L’accompagnement de nos concitoyens par un écrivain public constitue dans les temps actuels de modernisation de l’État, de la justice et des services publics en général une exigence qui devrait être inscrite de façon pérenne dans les politiques publiques. »

* Service d’accueil unique du justiciable

Voilà une belle reconnaissance du métier d’écrivain public « à caractère social » au service des plus faibles.

Pascal Martineau