La profession

Services
Les services de l’écrivain public ont été répertoriés par l’AEPF : ils couvrent tout le domaine rédactionnel, notamment l’élaboration ou la mise en forme de lettres personnelles ou administratives, de curriculum vitæ, de récits de vie, de témoignages, de discours, auxquels peuvent s’ajouter des prestations spécialisées en fonction de la compétence particulière de l’écrivain public (par exemple, des traductions), dans la limite des règles assurant la protection légale de certaines activités professionnelles.

Compétences
L’essentiel pour l’écrivain public est de savoir bien rédiger toutes sortes d’écrits, d’avoir une orthographe parfaite, de connaître les pièges de la langue française et de la syntaxe. Sa capacité à analyser et à synthétiser est nécessaire pour rédiger efficacement et produire un travail soigné.
L’écrivain public doit avoir le sens de l’organisation, être réactif et savoir gérer son temps. Il doit en outre pouvoir argumenter, faire preuve de diplomatie et de créativité. Parmi les qualités humaines nécessaires à l’exercice de cette profession, citons l’honnêteté, le respect de la déontologie, l’écoute, la rigueur, l’autonomie, et une appétence pour le contact humain. L’écrivain public est tenu au secret professionnel.
Il doit enfin maîtriser les technologies de communication modernes, ainsi que disposer d’un matériel informatique. Sa connaissance des rouages administratifs, sociaux et judiciaires doit être réelle ; cependant l’écrivain public ne peut en aucun cas se substituer aux professionnels du droit.

Clientèle
La clientèle de l’écrivain public comprend tous les publics, de tous âges, de toutes professions et de tous milieux sociaux. Selon les cas, il peut s’agir de particuliers, de mairies, d’associations et d’entreprises. L’écrivain public s’adapte aux contraintes et aux délais de sa clientèle. Il doit donc faire preuve de souplesse.
Conditions d’exercice
L’écrivain public est un professionnel indépendant qui doit, pour recevoir ses clients, disposer d’un espace réservé à cet usage, que ce soit à son domicile ou à l’extérieur. Il peut aussi se rendre chez ces derniers.
Il est en outre soumis à toutes les charges et impôts afférents à son statut. Il peut être travailleur indépendant ou salarié par une collectivité locale ou une association. Il choisit son mode de tarification.
Pour réussir son installation, il doit créer, puis « fidéliser » sa clientèle. La rentabilité de cette activité n’est cependant pas immédiate et il est difficile de se prononcer avant une année au moins. Deux facteurs garantissent une prestation de qualité : d’une part ses capacités rédactionnelles ; d’autre part le contact humain.

Conditions d’exercice
L’écrivain public est un professionnel indépendant qui doit disposer pour recevoir ses clients d’un espace réservé à cet usage. Il est soumis à toutes les charges et impôts afférents à son statut. Il doit créer puis « fidéliser » sa clientèle ; il faut savoir que la rentabilité n’est pas immédiate et il est difficile de se prononcer avant une année au moins. La qualité de l’écriture est déterminante dans la réussite ainsi que le contact humain

Formation
La profession d’écrivain public n’est régie par aucune réglementation particulière. On peut donc s’installer sans avoir de diplôme en la matière. Deux universités proposent cependant des formations spécifiques délivrant un diplôme : la licence professionnelle de Paris-III Sorbonne Nouvelle « Conseil en écriture professionnelle et privée Écrivain public » ; et le diplôme universitaire de l’Université du Sud Toulon-Var « Écrivain public et auteur conseil ». En outre, deux organismes de formation à distance, le CNED et le CNFDI, proposent un enseignement, mais sans diplôme à la clé..

Liens utiles



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Espace privé | SPIP | AEPF | © AEPF 2013