Sélectionner une page

Le Centre pénitentiaire d’Orléans-Saran a été inauguré en 2014

Écrivain public au Centre pénitentiaire d’Orléans-Saran (CPOS) depuis novembre 2014 où j’interviens une journée par semaine, j’ai auditionné en avril 2016 par des représentants de la Contrôleure générale des lieux de privation de liberté, Adeline Hazan.

Autorité indépendante, le Contrôleur général des lieux de privation de liberté a pour mission de veiller à ce que les personnes privées de liberté soient traitées avec humanité et dans le respect de la dignité inhérente à la personne humaine. Il peut, pour cela, visiter à tout moment, sur l’ensemble du territoire français, tout lieu où des personnes sont privées de liberté. Chaque visite, qui s’étale sur plusieurs jours, fait l’objet d’un rapport public.

Dans le rapport qu’ont rendu les sept contrôleurs qui sont venus au CPOS du 4 au 14 avril 2016, mon activité au sein de cet établissement est signalée (page 86) :

« Un écrivain public qui intervient également à la MJD, répond régulièrement aux sollicitations de personnes détenues et à des prescriptions que lui font des CPIP [conseillers pénitentiaires d’insertion et de probation, ndlr]. Depuis l’ouverture, il a ainsi conduit 401 entretiens qui ont concerné 178 personnes détenues. Durant l’année 2015, il a conduit 226 entretiens de 110 personnes détenues. Les sujets sur lesquels il est sollicité sont dans l’ordre de fréquence : des procédures administratives (courriers à la caisse d’allocation familiale, à des juges des enfants, à la maison départementale des personnes handicapées, sur des procédures de surendettement…), procédures judiciaires (demande d’aide juridictionnelle, courrier à des avocats, dépôts de plaintes…), curriculum vitae, courriers personnels, courriers internes à la prison ( lettre de motivation pour UVF, autres demandes diverses). »

Je suis également cité pages 81 et 121.

Pascal Martineau

>> Lire le rapport
>> En savoir plus sur le Contrôleur général des lieux de privation de liberté
>> Découvrir l’ensemble de mon activité d’écrivain public-biographe