Sélectionner une page

Après Narrovita, un autre site de « biographies en ligne » a vu le jour sur la toile : Entoureo. Il faut croire que ce marché de la biographie low cost est juteux. Examen.

On constate tout d’abord que les fondateurs d’Entoureo sont : un pompier dont l’expérience en matière de biographie se résume à avoir « pu échanger avec de nombreuses personnes âgées et comprendre l’isolement dont certaines souffrent » (ce que font tous les jours les aides à domicile) et une autre personne « proche de ses grands-parents » (ce qui est le cas de beaucoup de gens) dont la seule référence littéraire est, comme pour le pompier, la liste de leurs trois derniers livres lus…

C’est un peu court pour animer une entreprise à caractère littéraire.

Certes, le site est bien fait. Ces deux jeunes sont d’abord doués pour communiquer. À cet égard, le premier élément de la liste du contenu de « votre expérience Entoureo » est : « Une jolie boîte livrée chez vous ». Mais un bel emballage ne fait pas tout. Le contenu non-plus : le micro-cravate livré avec relève du gadget.

Bien sûr, le tarif est totalement dérisoire et absolument pas crédible : à partir de 99 euros (… comme 99 francs*). C’est un marché en plein développement, dont les deux fondateurs cherchent, comme d’autres, à tirer profit.

Par ailleurs, le fait de se faire interviewer par un autre membre de sa famille, même avec un panel de 200 questions, ne permet pas d’avoir la distance nécessaire pour ce type de démarche. Outre qu’on ne s’improvise pas intervieweur, les liens affectifs entre l’interviewé et l’intervieweur peuvent biaiser les échanges.

Enfin et surtout, cette manière de faire est à sens unique. Elle ne permet pas de relancer la personne biographée pour préciser et compléter certains éléments du récit.

Au final, Entoureo propose sans doute une belle expérience familiale, mais pas la possibilité de produire une vraie biographie, comme peuvent le faire des écrivains publics professionnels.

*99 francs (parfois typographié 99 F) est un roman à succès provocateur d’inspiration autobiographique de Frédéric Beigbeder, publié en 2000, qui dénonce les dérapages cyniques du monde de la publicité dans la société occidentale de consommation.